france3.fr

Un océan de méduses ?

Les Méduses

Un océan de méduses ?

Depuis quelques années, les populations de méduses augmentent fortement. Il n'est pas rare d'entendre parler de la « gélification des océans ». Derrière ces mots se cachent un phénomène de grande ampleur avec pour conséquences, des problèmes économiques, sanitaires et écologiques.

 

Les raisons d'une invasion

Selon de nombreux scientifiques, la forte augmentation des populations de méduses serait principalement due à une pêche excessive. Les populations de petits poissons, comme les sardines et les anchois, laissent en effet la place libre aux méduses pour se nourrir du plancton. Ces cnidaires ont donc plus de nourriture pour grandir et se reproduire.

Le déclin des requins, du thon rouge et de la tortue luth bouleverse la chaîne alimentaire des océans en favorisant les méduses. Ces grands prédateurs sont en effet considérés comme des régulateurs de population de méduses.

Cependant, la surpêche n'est pas la seule cause plausible. Les changements climatiques, la salinité, la température ou la pollution sont aussi à prendre en considération. Une eau chaude permet une reproduction des méduses tout au long de l'année. Il n'est donc pas étonnant de voir avec le réchauffement des eaux, une prolifération des méduses.


Quand les méduses attaquent

Sans régulation de ses populations, les méduses peuvent enclencher un cercle vicieux. Se nourrissant de larves de poissons et de juvéniles, elles pourraient avoir un effet néfaste considérable sur les stocks de poissons et donc sur l'économie de nombreux pays. Dans certains cas, elles gênent même la remontée des filets. C'est le cas notamment au Japon où les méduses peuvent dépasser les cent kilos !

Autre secteur en danger, l'aquaculture. En 2007, un banc de méduse de 25 km2 et de 13 mètres d'épaisseur s’est abattu sur la ferme d’élevage de la Northern Salmon en mer d'Irlande. Des milliards de Pelagia noctiluca prennent d'assaut les cages et dévorent les saumons qui s'y trouvent. Ce « raid » coûtera près de 1,25 million d'euros à la compagnie, un événement sans précédent !

Le 29 septembre 2013, les méduses, toujours, ont bien failli provoquer une catastrophe à la centrale nucléaire d’Oskarshamn en Suède. Des masses importantes de méduses se sont retrouvées coincées dans les canalisations d’eau de refroidissement de l'un des réacteurs. Il faudra trois jours pour remettre en marche la centrale après avoir nettoyé et changé les filtres des tuyaux. Un événement similaire avait eu lieu en 2011 à la centrale nucléaire de Torness en Écosse où les réacteurs ont également été arrêtés plusieurs jours.

Cette prolifération entraîne de plus, un risque sanitaire non négligeable. Même si toutes ne sont pas mortelles, leurs piqûres sont douloureuses et peuvent présenter un réel risque pour les baigneurs comme c'est le cas en Méditerranée. En moyenne, 50 personnes meurent chaque année par une piqûre de méduse.

Pour le tourisme, ces invasions urticantes sont une véritable catastrophe. Elles obligent les stations balnéaires à déployer de grands filets de protection et à créer des espaces de plages artificielles. Dans certains cas, l'accès à la plage est impossible à cause des tonnes de méduses échouées par centaines sur le littoral.

 

Des solutions pour l'avenir

Mangez des méduses ! C'est l'une des réponses très sérieuses apportées à ces invasions par les experts de la FAO. Après tout, des pays d'Asie comme le Japon ou la Chine en consomment depuis plusieurs siècles. Il arrive parfois qu'elles soient même préconisées dans certains régimes minceurs.

Côté médecine, des chercheurs japonais ont découvert que les organes des méduses étaient riches en mucine, une protéine émulsifiante très utilisée en pharmacie et en cosmétique. D'autres scientifiques se penchent sur la fameuse méduse Turritopsis nutricula, surnommée « la méduse immortelle ». Capable de rajeunir, elle intrigue les biologistes et généticiens et fait l'objet de nombreuses études sur le vieillissement.

Dans un autre ordre d'idée, une entreprise israélienne s’est lancée dans la fabrication de couches pour bébé en chair de méduse ! Selon cette jeune entreprise, le résultat est prometteur, car ces changes seraient beaucoup plus absorbants et se dégraderaient beaucoup plus vite.

Le problème majeur est que les connaissances actuelles sur les méduses sont insuffisantes. Seuls 20 % des espèces de méduses ont un cycle de vie clairement détaillé. Il est donc difficile de lutter efficacement contre elles sans faire des efforts de recherches sur leur biologie.

La seule solution serait à l'heure actuelle de limiter les émissions de gaz à effet de serre et la surpêche pour lutter contre la gélification des océans.

 

Pour en savoir plus sur les méduses et leur mode de vie découvrez notre dossier.

Livres

Coffret Méduses

Méduses

Charles-Alexandre lesueur

J.Goy, C.Crémière, G.Baglione, S.Schmitt

Ed. MkF éditions (2014)

Un livre de référence sur la plus importante collection d’illustrations de méduses au monde, tant pour la quantité des espèces représentées, que sa qualité esthétique et scientifique. Ces aquarelles sur vélins sont le fruit de la collaboration liant les deux naturalistes Charles-Alexandre Lesueur (1778-1846) et François Péron (1775-1810). Quand l'Art rencontre la Science, un beau-livre exceptionnel.

Publicité