france3.fr

Méduse, un animal en gelée

Les Méduses

Méduse, un animal en gelée

Elles vous empêchent parfois de vous baigner et peuvent gâcher vos vacances... Qui sont les méduses ?

Les méduses appartiennent à la famille des cnidaires dans laquelle on retrouve les coraux ou les anémones de mer. Ils ont tous en commun de posséder des cellules plus ou moins urticantes, les cnidocytes. Depuis leur apparition, il y a environ 600 millions d'années, on dénombre près de 4 000 espèces de méduses. On les retrouve sous toutes les latitudes du globe, de la surface aux abysses, dans les eaux chaudes des tropiques ou froides de l'océan Australe, voire même dans l’eau douce !

L'histoire des méduses commence dès l'Antiquité. Leur douloureuse piqûre inspire Aristote, qui les nomme alors « ortie de mer ». Ce n'est qu'au milieu du XVIIIe siècle, que le Suédois Carl von Linné choisit le nom de « méduse » pour désigner ces animaux dont les tentacules lui font penser aux cheveux de Méduse, l'une des trois Gorgones.

 

L'anatomie d'une méduse

La méduse est un animal constitué à 98 % d'eau et de collagène, une protéine qui confèrent aux tissus leur résistance. Comme chez les éponges, elle possède deux feuillets. Au milieu se trouve une substance appelée mésoglée. C'est cette substance qui va donner son aspect gélatineux à la méduse.

La méduse est constituée d'un corps en forme de cloche, nommée ombrelle. En son centre se trouve un organe appelé manubrium, reliant la bouche à l'estomac.

 

Une piqûre douloureuse

L'ombrelle de la méduse est bordée de plusieurs tentacules rétractiles (parfois jusqu'à 800 !) pourvus de cellules urticantes : les cnidocytes. Ce sont ces cellules qui permettent à la méduse de paralyser sa proie avant de l'ingurgiter. À l'intérieur du cnidocyte, un filament recouvert d'épines baigne dans le venin. Un minuscule cil, le cnidocil, sert de détecteur de mouvement.

Quand une proie touche le cil, le filament chargé de venin est projeté à travers l'épiderme. La méduse peut alors ramener sa proie à sa bouche pour la digérer. Contrairement aux abeilles qui meurent après vous avoir piqué, les méduses peuvent reconstituer leur stock de cellules urticantes toute leur vie.

 

Une méduse avec des yeux

Les méduses possèdent une sorte de système nerveux, plus ou moins complexe, qui parcourt l'ensemble de l'ombrelle. C'est à grâce à lui que les méduses peuvent se mouvoir dans l'eau par des contractions coordonnées.

Outre le toucher, les méduses sont également capables de se maintenir droites dans l'eau à l'aide d'un organe particulier appelé le statocyste. Ce dernier permet à la méduse de savoir quelle est sa position dans l'eau et de redresser leur corps.

Certaines espèces de méduses possèdent des ocelles – des yeux simples – sensibles à la lumière. Ils se présentent sous la forme de petites taches brunes rouges ou noires sur le bord de l'ombrelle. Mais il existe des méduses qui possèdent un œil composé d'une rétine, d'une lentille et d'une cornée, exactement comme nous !

 

Cycle de vie

Cependant, selon les groupes au sein des cnidaires, on observe des différences dans les cycles de vie. Chez certains, la forme fixe est plutôt dominante pour d'autres, c'est la forme libre. Enfin, certains groupes comme les coraux ne comportent qu'une forme fixe.


Un organisme clé dans l'écosystème marin

Même si elles peuvent parfois se déplacer, les méduses se laissent principalement porter par les courants marins. À ce titre, elles font partie du plancton. Malgré leur apparente fragilité, les méduses sont de redoutables prédateurs chassant des organismes planctoniques, des petits invertébrés et même des poissons. Laissant trainer leurs tentacules derrière elles, les méduses capturent tout ce qui passe à leur portée.

Cependant, il n'est pas rare que certains poissons se servent de l'ombrelle de certaines méduses comme abris face à des prédateurs. Dans certains cas, la coopération est totale entre la méduse et son hôte. En échange d'un abri et de nourriture, l'hôte, un crustacé en général, débarrasse la méduse de ses parasites.

Bien que disposant d'un système de défense redoutable, les méduses ont cependant plusieurs prédateurs. Les tortues de mer sont, de loin, les principales consommatrices de ces gelées des mers. Viennent ensuite le thon rouge, le poisson-lune et certains requins.

La disparition due à la surpêche, la destruction de l'habitat naturel de ses prédateurs ainsi que le réchauffement de l'eau des océans font partie des explications avancées pour expliquer la forte augmentation de population de méduses ces dernières années.

 

Pour en savoir plus sur les méduses et leur mode de vie, découvrez notre dossier.

 

Livres

Coffret Méduses

Méduses

Charles-Alexandre lesueur

J.Goy, C.Crémière, G.Baglione, S.Schmitt

Ed. MkF éditions (2014)

Un livre de référence sur la plus importante collection d’illustrations de méduses au monde, tant pour la quantité des espèces représentées, que sa qualité esthétique et scientifique. Ces aquarelles sur vélins sont le fruit de la collaboration liant les deux naturalistes Charles-Alexandre Lesueur (1778-1846) et François Péron (1775-1810). Quand l'Art rencontre la Science, un beau-livre exceptionnel.

Publicité