france3.fr

Petit guide de pêche à pied

Au cœur des grandes marées

Petit guide de pêche à pied

Avec les grandes marées, la mer se retirera plus loin qu'elle ne l'a jamais fait ; l'occasion de découvrir la plage à marée basse. Bigorneaux, crevettes, étrilles... la pêche miraculeuse est à portée de panier.

La pêche à pied était déjà une activité commune de nos ancêtres néolithiques qui ramassaient les coquillages pour se nourrir, mais aussi pour s'en servir comme parures ou décoration. Aujourd'hui, près de deux millions de Français s’y adonnent chaque année.
Avec de plus en plus de pêcheurs amateurs, le risque est de voir disparaître les ressources de l'estran. Il est donc nécessaire d'adopter de bonnes pratiques de pêches. Voici un petit guide de ce qu'il faut impérativement savoir avant de partir à la conquête de l'estran.

1 : Préparer sa pêche

Avant de partir tête baissée vers votre futur plateau de fruits de mer, il est important de prendre quelques précautions.

Tout d'abord, renseignez-vous sur les horaires de marées. D'une part pour se rendre au bon moment sur la plage, mais surtout pour savoir quand la mer remontera. Car si la pêche à pied n'est pas une activité dangereuse en soi, on peut facilement se faire piéger par la marée haute et se retrouver encerclé par les eaux.

Il est préférable d'arriver sur les lieux environ deux heures avant la marée basse. Plus le coefficient de marée est élevé, plus la mer se retira loin, vous donnant l'opportunité de parcourir des endroits habituellement peu accessibles et souvent éloignés !

Renseignez-vous sur les espèces présentes près de chez vous ainsi que sur le poids maximal de prises autorisées par personne et par jour.

Consultez également les tailles minimales de captures. Attention, elles peuvent parfois varier d'un littoral à un autre. Il n'est pas rare que des associations ou les offices du tourisme distribuent de petites règles avec les tailles minimales autorisées pour chaque espèce.

Des avis sanitaires concernent parfois les côtes où vous souhaitez pêcher. Depuis quelques années, des microalgues et des micro-organismes profitant des pollutions se développent en grand nombre et sont présents en grande concentration dans la chair de certains animaux, les rendant impropres à la consommation. Les restrictions sanitaires sont normalement visibles dans les mairies des villes côtières, et quelquefois sur les lieux mêmes.

2 : Préparer son matériel

Parfait, vous venez de vérifier toutes les informations pour partir sereinement à l'assaut de l'estran !

Il faut à présent préparer votre équipement.
Pour les pieds, les bottes sont ce qu'il y a de mieux. Elles évitent notamment de se couper sur un rocher ou de faire la douloureuse rencontre d'un oursin. En fonction du temps, vous pouvez prendre un ciré ou un vêtement coupe-vent imperméable.

Un panier de pêche
(CC Gilbert Le Moigne)

Pour rapporter vos trouvailles, il vous faudra un panier de pêche ou bien un seau. Pour le panier, veillez bien sûr à ce qu'il ne craigne pas l'eau de mer.
Petite astuce pour conserver vos prises : mettez des algues dans le fond du panier. Cela leur apportera de l'humidité et les protègera de la chaleur. Ne mettez surtout pas d'eau dans votre seau, cela pourrait faire cuire vos coquillages !

N'oubliez pas de prendre une montre pour vérifier l'heure de la marée montante ainsi qu'un téléphone s'il fallait avertir les secours.

Le choix pour le reste du matériel dépend de ce que vous souhaitez pêcher, mais en général il est toujours utile d’avoir sur soi un couteau avec une lame mince et solide pour décoller certains mollusques de leurs rochers. Vous pouvez également vous munir d'un haveneau (filet à crevettes) ou d'une épuisette, d'un petit râteau pour gratter le sable, d'un crochet pour dénicher les étrilles, et un mètre ruban pour pouvoir mesurer vos (nombreuses !) prises.

Pour les plus expérimentés, un couteau détroqueur, un couteau de plongée et une petite pelle viendront parfaitement compléter votre panoplie de pêcheur à pied.

Enfin, munissez-vous d'un peu de patience, on ne tombe pas toujours tout de suite sur ce que l'on cherche !

3 : Où chercher ?

L’essentiel est d’être observateur ! Les animaux marins sont très souvent dissimulés à marée basse. Un rocher peut être un abri de choix pour une étrille. Soulevez-le du sable, ou faites-le rouler sur le côté et fouillez un peu le trou.

Une étrille à Saint-Quay-Portrieux
Une étrille à Saint-Quay-Portrieux (CC Matthieu Sontag)

Dans tous les cas, que vous trouviez votre bonheur ou non, il est important que vous le remettiez dans sa position initiale. Les autres animaux et micro-organismes qui s'y trouvent encore ont besoin de retrouver rapidement leur abri. Cela permettra également de préserver cette cachette pour de nouveaux animaux à la prochaine marée, et donc de garantir de nouvelles prises !

Il n'est pas rare qu'en soulevant des algues vous découvriez des coquillages, comme les bigorneaux ou les bulots qui sont faciles à capturer, et d’autres, plus difficiles à décoller tels les berniques ou les ormeaux.

Sur les rochers vous trouverez pléthore de mollusques comme les moules ou les patelles.
N'hésitez pas à regarder dans les mares et flaques entre les rochers. Ce sont des refuges pour des espèces comme les crevettes et certains crustacés.

Enfin, scrutez avec attention le sable à la recherche de petits creux ou de tortillons de vase. Ils indiquent souvent la présence de couteaux ou de palourdes.

4 : Comment pêcher ?

Les moules, bigorneaux et bulots se détachent très facilement à la main.

À l'aide de votre crochet, débusquez des étrilles dans une anfractuosité ou alors plaquez-les sur leurs rochers et attrapez-les par leur dos pour éviter de vous faire pincer.

Dans le sable, coques, palourdes et couteaux sont présents en abondance et souvent en groupe. Il faut repérer des dépressions dans le sable et creuser. Voici une petite astuce pour pêcher les couteaux sans effort. Lorsque vous découvrez deux petits trous en forme de « 8 » proches l'un de l'autre dans le sable, déposez-y une pincée de gros sel. Après quelques secondes, le couteau devrait apparaître à la surface croyant à la remontée de la mer. Attrapez-le fermement avant qu'il ne reparte se cacher.

Dans la mesure du possible, soyez raisonnables dans vos prises, ne rapportez chez vous que ce que vous pourrez manger rapidement. Car les produits de la mer se conservent mal, en particulier en cas de fortes températures.

Pour savourer votre plateau de fruit de mer, la suite est ici !

Et n'oubliez pas que votre pêche est interdite à la vente sous peine d'une amende pouvant atteindre 22 500 euros !

N'hésitez pas à partager ce moment en nous envoyant vos témoignages, photos et vidéos. Les meilleures contributions seront publiées dans un livre numérique inédit, téléchargeable gratuitement le soir de l'émission du 27 mars.

Pour en savoir plus sur les grandes marées, découvrez notre dossier.

 

Publicité