france3.fr

Les marées, comment ça marche ?

Au cœur des grandes marées

Les marées, comment ça marche ?

Le phénomène des marées s'observe sur toute la planète. Invariablement, les eaux des mers et des océans montent et descendent le long des côtes toutes les six heures environ. Mais au-delà de sa régularité et de son ampleur, c'est la nature même des mécanismes de la marée qui a de quoi surprendre, car son origine vient de l'espace ! Voyage au cœur des marées.

 

Un peu d'astronomie

Grâce au génie de Newton, nous savons désormais que les marées résultent de deux forces :
L’attraction gravitationnelle qu'exerce la Lune sur toute la surface de la Terre va tout d'abord attirer à elle l'eau des océans (cette attraction attire même la croûte terrestre qui se soulève en moyenne de 40 cm ! On parle alors de marée terrestre ou de marée solide.) L'intensité de cette force gravitationnelle est variable, car elle dépend de la distance Terre-Lune. Plus un point est proche de la Lune, plus l'attraction en ce point est forte.

La force centrifuge est, quant à elle, due à la rotation de la Terre autour du Soleil ; c'est la même force que l'on peut ressentir dans un manège pendant un virage. La force centrifuge reste constante tout au long de l'année.

Ces deux forces interagissent entre elles. Si la force combinée est dirigée vers le centre de la Terre, la surface des eaux a tendance à baisser, créant ainsi une basse mer. À l’inverse, lorsqu’elle est dirigée vers le zénith, la surface des eaux à tendance à monter créant une pleine mer.
On peut se représenter ces zones de pleines eaux par un bombement de l'eau à la surface de la Terre.

Vives-eaux et mortes-eaux

Le fonctionnement des marées
Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Mais un troisième acteur influe également sur les marées : le Soleil. Bien que beaucoup plus gros que la Lune, son influence gravitationnelle sur la Terre est moins importante en raison de son éloignement. Son impact sur les marées est pourtant bien présent, d'autant plus quand il est aligné avec la Lune.

Par exemple, lorsque le Soleil et la Lune forment un angle droit par rapport à la Terre, l'effet de leurs attractions se soustrait. Les marées seront alors de très faibles amplitudes, c'est ce que l'on nomme les mortes-eaux. En revanche, pendant les périodes de pleines et de nouvelles lunes, le Soleil et la Lune sont alignés sur un même axe et leurs effets se conjuguent. Les marées sont alors de fortes amplitudes. On parle de vives-eaux. C'est ce qui se passera le 21 mars !

 

Les différents types de marées

Le phénomène des marées est présent partout sur la planète, pourtant aucune marée ne ressemble à une autre. En effet, la Lune fait le tour de notre planète en un peu moins de 25h00 et elle ne tourne pas exactement sur l'axe de l'équateur.
En fonction de l'endroit sur lequel on se trouve sur Terre et de la position de la Lune, on distingue ainsi quatre types de marée :

 

1) La marée de type diurne caractérisé par une seule basse mer et une haute mer par jour. C'est le cas du golfe du Mexique ou de la mer Baltique par exemple.

2) La marée de type semi-diurne présente, quant à lui, deux basses mers et deux hautes mers par jours sensiblement d'égales importances comme on peut le voir en France métropolitaine.

3) La marée de type mixte présent dans l'océan Pacifique, où l'on a parfois deux basses mers et deux pleines mers par jour et parfois une seule basse mer et une seule pleine mer.

4) La marée de type semi-diurne à inégalité diurne dans lequel deux basses mers et deux pleines mers par jour se succèdent, mais les hauteurs entre les pleines mers et les basses mers consécutives sont différentes. On les retrouve dans l'Océan indien.

Le mont Saint-Michel à marée basse
Le mont Saint-Michel à marée basse (D.P.)

Mais comment expliquer les grandes différences locales qui peuvent exister le long de nos côtes ? La force génératrice des marées engendre des ondes, appelées ondes de marées. Ces vibrations de l'eau se propagent en fonction de la profondeur et de la température. Elle peut donc se renforcer ou s’atténuer selon les endroits. Par exemple, les caractéristiques géographiques de la baie du mont Saint-Michel amplifient grandement les marées où le marnage peut atteindre 14,50 m ! Ce qui, après la baie de Fundy au Canada, en fait lieu où la différence de niveau entre la marée haute et la marée basse est la plus grande.

Profitez de la « marée du siècle » du 21 mars, pour nous envoyer vos témoignages, photos et vidéos de cet événement spectaculaire. Les meilleures contributions seront publiées dans un livre numérique inédit, téléchargeable gratuitement le soir de l'émission du 27 mars.

Pour en savoir plus sur les grandes marées, découvrez notre dossier.

 

 

Publicité