france3.fr

La marée du siècle !

Au cœur des grandes marées

La marée du siècle !

La mer va reculer plus loin que d’habitude et révéler des territoires quasi inexplorés. L'occasion de découvrir l'autre visage de nos côtes, arpenter des chemins peu empruntés, pratiquer la pêche à pied, voir des vestiges des épaves oubliées...
Pour couvrir cet événement, Thalassa a mobilisé toutes ses équipes pour parcourir le littoral avec vous et capturer les images de ce moment particulier.

La dernière marée de cette ampleur date du 10 mars 1997. Celle du 21 mars 2015 sera donc la première « marée du siècle » du millénaire. Pour ceux qui rateront le rendez-vous, rien n'est perdu, mais il faudra attendre le 3 mars 2033 avant de revoir une grande marée comme celle que nous allons vivre.

Un coefficient record

Nous avons eu un aperçu de grandes marées le mois dernier avec des coefficients de 115 qui ont déjà attiré de très nombreux curieux sur les côtes. En France, sur les côtes de la Manche et de l'Atlantique, l'amplitude de la marée est associée à un coefficient de marée. C'est un indicateur simple et pratique qui permet d'évaluer l'ampleur des marées et par conséquent de leur marnage. Il est traditionnellement calculé pour le port de Brest et pour une pleine mer.

Grâce à lui, on dispose d'une bonne estimation de l'amplitude de la marée, information précieuse pour les marins et les pêcheurs, surtout en période de forts marnages où les risques d'échouages peuvent être élevés. Ce coefficient est obtenu en faisant le rapport entre d'un côté, la différence de hauteur de pleine mer et le niveau moyen de la mer ; et de l'autre côté la valeur moyenne du marnage pour les marées de vives-eaux d'équinoxe, admise à 6,10 m à Brest.

Ainsi, le coefficient maximum de 120 correspond à une marée extraordinaire de vives-eaux d'équinoxe. À 95, on parle de marées de vives-eaux moyennes. Les marées moyennes sont atteintes avec un coefficient de 70. Lorsque le résultat est de 40, ce sont des marées de mortes-eaux moyennes. Enfin, les marées de mortes-eaux les plus faibles possible correspondent à une valeur de 20.

La marée du 21 mars aura un coefficient record de 119 ! Il avait été prévu plusieurs années à l'avance en fonction des observations astronomiques. L'ensemble des prédictions des horaires des marées du service hydrographique et océanographique de la Marine (SHOM) est disponible sur ce site.

Au mont Saint-Michel par exemple, le marnage (la différence entre une pleine mer et une basse mer) atteindra 14,50 m, soit la hauteur d'un immeuble de quatre étages ! Il faudra être particulièrement vigilant, car la mer remontera à très grande vitesse.

Un festival de grandes marées

Mais contrairement à ce que son nom indique, ce phénomène de grande ampleur a lieu tous les 18 ans. Cela correspond au temps nécessaire pour que les conditions astronomiques soient favorables. 2015 sera d'ailleurs un très bon millésime pour les grandes marées. Pas moins de 40 jours connaîtront des coefficients supérieurs à 100, dont la moitié seront supérieurs à 110. De quoi assurer un spectacle inoubliable tout au long de l'année.

Quand la mer se déchaîne

C'est pour ces différentes raisons, que des mesures de sécurité sont à prendre en cas de grande marée. Évitez de circuler en bord de mer à pied ou en voiture. Ne vous aventurez pas dans des secteurs particulièrement exposés au risque d'être entraînés par une vague.

N'oubliez pas de bien fermer les portes, fenêtres et volets en front de mer. Tenez-vous informés auprès des autorités communales ou préfectorales, ainsi que de Météo France, de l’évolution de la situation. Les bulletins de vigilance orange et rouge de Météo France sont consultables sur son site Internet ainsi que sur son répondeur téléphonique (05.67.22.95.00).

Vous pouvez maintenant affrontez sereinement les marées et vous préparez à celle du 21 mars dont le coefficient sera de 119 ! L'occasion d'immortaliser ce moment avec vos photos et vidéos et de les partager avec nous avec la sortie d'un livre numérique inédit, téléchargeable gratuitement le soir de l'émission du 27 mars.

 

L'Acqua Alta à Venise en 2009
L'Acqua alta à Venise en 2009 (CC JøMa)

Et en Méditerranée ?

On dit souvent à tort qu'il n'y a pas de marée en Méditerranée. Elle peut même être de forte amplitude dans certaines régions et sous certaines conditions. C'est le cas à Venise avec l’Acqua alta, un épisode d’inondations qui touche la ville chaque année entre l'automne et le printemps.

 

Pour en savoir plus sur les grandes marées, découvrez notre dossier.

 

 

 

Publicité