france3.fr

L'Arctique, océan d'explorateurs

Il était une fois l'Arctique

L'Arctique, océan d'explorateurs

Plus petit océan du monde avec ses 13 millions de km2, l'océan Arctique a très tôt suscité la curiosité de nombreux explorateurs prêts à prendre tous les risques pour découvrir ce qui se cache tout au nord de la Terre.

Les deux passages de l'Arctique
Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Dès 330 av. J.-C., le Grec Pythéas se lance dans un long périple vers les mers du Nord. Il serait le premier à avoir décrit les populations des îles britanniques et les phénomènes météorologiques du cercle polaire. Il serait même allé jusqu'en Islande !

Le Viking Érik Thorvaldsson, dit Érik le Rouge, accoste pour sa part en 982 sur la côte sud-ouest du Groenland et y installe une première colonie. D'autres colons arrivent progressivement, mais l'éloignement et les rigueurs du climat entraînent le déclin puis l'abandon des installations.

Après une longue période de désintérêt, l'Arctique connait un regain d'attention des puissances européennes. Les possibilités commerciales, notamment avec l'installation de comptoirs en Asie, relancent l'exploration de cette région glacée. La rotondité de la Terre ne fait alors plus aucun doute et il est plus que probable qu'une voie navigable passant par le pôle doit exister. Elle permettrait de raccourcir considérablement le temps de voyage et les risques de piraterie.

À partir de la moitié du XVIe siècle, de nombreuses expéditions sont ainsi lancées pour trouver un accès par le nord. Deux choix sont alors possibles : par l'est en longeant les côtes de la Scandinavie et de la Russie ou bien suivre le littoral du Groenland et du Canada par l'ouest.

 

Le passage du Nord-Est

Le vaisseau la Vega
Le navire la Véga peint  par Jacob Hägg

Les Anglais et les Néerlandais partent à l'assaut de l'Arctique vers le début du XVIe siècle. S'ils sont rapidement bloqués dans leur progression par les glaces, de nombreuses îles, détroits et voies maritimes sont découverts. Au cours de ces années, la connaissance géographique des côtes de la Russie, de Norvège et des archipels proches est considérablement améliorée.

L'Empire russe se joint à la partie à partir du début du XVIIe siècle, investissant des ressources financières et matérielles sans précédent sans pour autant parvenir à forcer le passage. Il faut attendre le baron suédois Adolf Érik Nordenskjöld à bord de La Véga, pour voir la première traversée de l'océan Arctique par l'est en 1879.

 

Le passage du Nord-Ouest

Des expéditions partent elles aussi dès le XVIe siècle pour trouver la route de l'Ouest longeant le Canada. Mais toutes se concluent par des échecs, une fois encore en raison des glaces, et ce malgré les importants moyens engagés. Si ces tentatives permettent de dessiner un contour de plus en plus précis et exhaustif des côtes canadiennes, le tracé exact de la passe du Nord-Ouest reste néanmoins inconnu.

Sir John Franklin en 1828

En 1845, le gouvernement britannique lance une dernière grande expédition, qui sera aussi la dernière de Sir John Franklin. Ses deux navires, l’Erebus et le Terror, s’engagent dans le détroit de Lancaster, entre l’île de Baffin et l’île du Devon, puis disparaissent. Les épaves ont été retrouvées en septembre 2014, soit 169 ans plus tard, dans le détroit de Victoria au large de l'île du Roi-Guillaume, dans le territoire du Nunavut.

(Pour en savoir plus : un article de science et avenir et un article du Monde)

 

 

 

C'est au cours d'une des expéditions de secours que Robert McClure réalise un passage de façon hasardeuse. Venant de l’ouest à la recherche de Franklin en 1850, il est bloqué pendant deux ans dans les glaces de la baie Mercy, mais son équipage est sauvé par un autre navire venu de l'Est en 1854. Cet épisode constitue la première jonction entre deux navires et prouve l'existence d'un trajet le long du Canada. Finalement, ce n’est qu’en 1906 que l’explorateur norvégien Roald Amundsen réussit à passer d'une traite à la barre du Gjøa.

 

La course au pôle Nord

Des touristes chinois au Pôle Nord, découvrez les le 23 janvier à 20h45. © Via Découvertes

À la dimension géographique et commerciale s'ajoute aussi l'exploit sportif. Qui sera le premier à atteindre le mythique pôle Nord ? Les Américains Frederick A. Cook et Robert E. Peary affirment l'atteindre respectivement en 1908 et 1909. Mais des témoignages et l'absence de relevés précis jettent le doute sur leur exploit. Ce n'est qu'en 1968 que l'expédition motorisée menée par Ralf Plaisted rejoint de manière certifiée le fameux point géographique. Le docteur Jean-Louis Étienne est le premier homme à gagner les 90° nord à pied et en solitaire en 1986.

Après 400 ans de tentatives infructueuses, l'Arctique est désormais vaincu ! Aujourd'hui, les enjeux économiques et géopolitiques majeurs remettent sous les projecteurs ce coin glacé du globe. À la différence du passage du Nord-Est, déjà accessible en été à l'aide de brise-glaces, celui du Nord-Ouest reste pour l’instant difficile à franchir. Cela n'empêche pas des compagnies d'investir dans de puissants navires pour traverser, coûte que coûte, ce redoutable corridor maritime.

 

Explorez vous aussi le Pôle Nord dans Il était une fois l'Arctique le vendredi 23 janvier à 20h45 dans Thalassa. Un film Via Découvertes.

Pour en savoir plus sur l'Arctique découvrez notre dossier.

Livres

  • Passer par le Nord

    Passer par le Nord

    Isabelle Autissier et Erik Orsenna

    Ed. Paulsen (2014)

  • L'Arctique, la nouvelle frontière

    L'Arctique

    La nouvelle frontière

    Michel Foucher

    Ed. CNRS Editions (2014)

Publicité