france3.fr

Paris Champs-Elysées

Emission du
Carnet de bord

Paris Champs-Elysées

Coucou ! Et oui, me revoilà, c’est parti pour un nouveau tour de nos objets et de notre Patrimoine parisien…Mais aujourd’hui, nous nous installons sur la plus belle avenue du monde. Les Champs Elysées nous attendent, et quelle chance, il fait un temps radieux ! Au point de voir les membres de l’équipe délaisser un peu écharpes et bonnets pour chausser des lunettes de soleil.

Nous commençons ce tournage par une véritable découverte : le magnifique Hôtel de la Paiva, la plus célèbre courtisane du siècle dernier. Je suis passée des centaines de fois devant cet hôtel particulier, sans imaginer une seule seconde quelles histoires passionnantes il avait abritées. Et bien aujourd’hui, nous avons la chance de pouvoir y entrer. Olivier, qui dirige le très select club privé désormais installé en ces murs, nous accueille pour une visite privée. 

L’équipe commence par monter et installer l’imposant matériel qui nous suit partout, sur les larges trottoirs de l’avenue, histoire de ne pas encombrer l’intérieur. Une fois prêts, nous entrons. D’emblée, on en prend plein la vue. Juste en face du couloir de l’entrée, un espace qui permet d’accéder à l’étage via un escalier impressionnant : en marbre et ors, sculptures et tableaux, l’ensemble brille de mille feux.

Lydie, la maquilleuse, et moi, nous installons dans un chaleureux salon, juste à côté. On vient nous proposer un thé chaud. Par la fenêtre nous pouvons apercevoir les quelques membres de ce club, venus prendre le petit déjeuner, dans la salle à manger située de l’autre côté. C’est calme, luxueux, et cosy à la fois.

Pendant ce temps, Guillaume repère les lieux et imagine les plans qu’il va tourner.

Puis nous allons sur la terrasse, face à ce qui a dû être, il y a longtemps, l’entrée principale de l’Hôtel de la Paiva. Olivier nous explique chaque détail. Partout, sur la façade, sur des sculptures, un visage…celui de la Paiva ?

Olivier nous emmène ensuite dans ce qui était la chambre, puis la salle de bain de la maîtresse des lieux. Je préfère ne pas vous les détailler, il vaut mieux que vous vous en fassiez votre propre idée, mais croyez moi, c’est assez étonnant !

Nous terminons par une petite pause, durant laquelle nous dévorons, (enfin surtout moi), les délicieux croissants ramenés par un de nos cadreurs.

Puis nous ressortons sur l’avenue tourner quelques lancements. Guillaume semble très inspiré par les lieux aujourd’hui. Il s’amuse à me faire dire mes textes tout en traversant l’avenue, (quand même très large et pleine de voitures en tous sens), en louvoyant au milieu des arbres, ou encore sur un de ces « transporteurs à vélos » qui fleurissent dans la capitale depuis quelques mois. Au milieu des nombreux touristes, je fais de mon mieux, suivie par les cadreurs, qui eux aussi font ce qu’ils peuvent pour ne pas me perdre à l’image.

 

Pour finir, je m’installe dans un transporteur à vélo, et papote avec mon nouveau chauffeur, le temps pour Guillaume de préparer les mouvements de caméra qu’il souhaite.  Mais nous sommes sur les Champs, et ici, les étrangers sont nombreux. Mon chauffeur en vélo parle mieux espagnol et anglais que français. Et se montre aussi bavard que ravi de cette nouvelle expérience face caméra ! J’en oublie de regarder les bonnes caméras au bon moment, ce qui nous oblige à recommencer, mais dans la bonne humeur.

 Il est temps de poursuivre en nous déplaçant jusqu’à la brocante qui s’est installée au début des Champs. C’est ici que je vais faire la connaissance de Florence, spécialisée dans le linge ancien. Avec elle, impossible de ne pas faire la différence entre lin ancien et lin nouveau : pas la même odeur, pas le même toucher, pas la même qualité !

Tiens ? Qui revoilà ? Mais oui, c’est encore Eric ! A chaque brocante, nous retrouvons notre spécialiste des stylos…nous sommes en terrain de plus en plus connu.

Et si nous allions enfin déjeuner ? Ok, mais moi, je n’ai pas trop faim, j’ai avalé trop de croissants…Cela dit, la pause est bienvenue !

La journée file, nous tournons dans la brocante, puis ressortons finir l’émission. Telle Sophie Marceau dans sa plus belle pub, Guillaume me place au milieu de l’avenue, sur la chaussée, entre les voitures, pour vous dire au revoir. Facile !!!

Mais pour nous remercier, nous finissons la journée dans la brocante, afin de prendre un verre tous ensemble avant de nous séparer.

 

Ne me reste plus qu’à vous souhaiter une bonne émission et à bientôt !

Eglantine

Publicité